L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’O.A.F. PAR LE « TOMBEUR » DE JEAN-CHARLES FOE.

Publié le par Spartacus

Mes BAF et TCF,

Sans vouloir aucunement me valoriser, je me dois cependant revendiquer l'initiative du coup de théâtre d'aujourd'hui, à l’occasion de l'Assemblée Générale Ordinaire de l'Œuvre d’Assistance Fraternelle, dans le Grand Temple de Pisan.

Désolé de ne vous avoir informé de cette initiative, mais il fallait qu'elle demeurât secrète afin qu’elle réussisse pleinement.

Les premières interventions (incidents de séance) ont été quelque peu brouillonnes et confuses. Je conçois l'amertume des Frères, venus de loin, munis des procurations de leurs Hospitaliers, mais selon le principe "un homme, une voix", il n'est pas possible de détenir un droit de vote double ou triple. Même lorsque l'on est soi-même Vénérable Maître d'une Loge et Hospitalier d'une autre...

Le débat achoppait donc sur ces points, l'Huissier de Justice en charge de la régularité de l'AG et du scrutin étant débordé par les observations et les annotations des Frères concernés.

A mon sens, le débat s’enlisait et les questions fondamentales n’étaient pas encore évoquées.

L’heure tournant, le secrétaire général de l’OAF nous indiquait gentiment mais fermement, qu’en raison des impératifs horaires et ferroviaires de certains Frères provinciaux, toutes les demandes de parole (incidents de séance) ne pourraient être accordées. Ce qui souleva l’ire de certains Frères qui patientaient depuis un certain temps déjà pour pouvoir s’exprimer.

Excédés, certains Frères s’étonnaient de l’absence du Président de l’association OAF, M. Jean-Charles Foe. Le secrétaire général, qui dirigeait les débats, répondait que « Monsieur Foe. était empêché par un très grave problème à l’œil qui l’empêchait d’assister à la tenue de l’assemblée générale ». Inquiets, nos Frères étaient cependant rassurés par certains Frères qui avaient bien vu la veille au soir le ci-devant Jean-Charles Foe. parcourir les locaux de la GLNF bon pied bon œil, lavallière au cou soigneusement nouée, sans pleurésie, bandeau, canne blanche ou chien d’aveugle. Nous pouvions dès lors nous remettre d’une grande frayeur.

Puis, un de nos Frères  décidait d’entrer dans le vif du sujet : analysant les états financiers de l’OAF publiés par le Myosotis Neustrie, peu après le Myosotis Breton puis de nombreux blogs, il s’interrogeait sur le montant considérable des Valeurs mobilières de placement (VMP) et de la trésorerie et la faiblesse du nombre de Frères secourus.

A ces questions précises, les réponses surréalistes se succédaient : par exemple, il y a très peu de dossiers de Frères en grande difficulté (chômage ou accidents de la vie), ce qui fait que l’OAF détient une trésorerie pléthorique… Mes Frères, je ne vous ferais pas l’affront de lister les horreurs que nous avons pu entendre ce jour…

Recadrant les débats, le Frère Didier Lacaze interpellait les représentants de la gouvernance actuelle. Dans son propos, il n’était pas question d’attaquer les cadres bénévoles de l’OAF présents et responsables, mais de demander des comptes au Président de l’OAF ainsi qu’à son conseil d’administration.

Les déviances constatées sont grandes. Il n’entre pas dans l’objet d’une association loi de 1901 de détenir des participations dans des sociétés commerciales. Or, l’OAF détient 20% de la Société Scribe, tout comme la GLNF en détient 80%. Nous violons ainsi allègrement les lois de la République française, sciemment puisque les anciens Trésoriers avaient soulevés ces conflits d’intérêt. Et quid des dividendes de Scribe qui ne sont pas versés à l’OAF ?

Par ailleurs, peut-on expliquer les virements bancaires significatifs de l’OAF à destination des SCI de Pisan ?

Enfin, M. Jean-Charles Foe. supporte de lourdes responsabilités, puisque hors de ses sociétés, holdings et SCI personnelles, il préside les conseils d’administration de l’OAF, d’Hôpital Assistance International, de la Fondation de l’Homme, et peut-être d’autres SCI maçonniques ?

Il convenait donc de proposer de le décharger de ses trop lourdes responsabilités qui nuisent à son efficacité puisqu’il ne pouvait d’ailleurs être présent à l’assemblée générale de l’OAF et n’avait eu le temps de délivrer un message aux sociétaires.

Notre Frère Didier Lacaze s’est donc trouvé dans l’obligation de proposer une révocation du Président Jean-Charles Foe. et de l’ensemble du conseil d’administration qui n’avait pas vu les erreurs de gestion de l’association.

Un vote ad nutum, sous constat d’huissier de justice s’en ait suivi, approuvant la révocation à 96,35% des voix (264 suffrages), les votes contre totalisant 2,55% (7 voix) et les abstentions 1,09% (3 voix).

Dans la foulée, Didier Lacaze précisait bien que toutes les résolutions, propositions (comptes – budget prévisionnel – cotisations) et quitus étaient rejetés par cette motion de défiance.

Didier Lacaze appelait à l’élection à la présidence de l’OAF d’un Frère au-dessus de tout soupçon en la personne du Frère René Hervet. Le vote sur sa candidature devra cependant intervenir lors d’une prochaine AG afin de respecter le règlement intérieur de l’association OAF.

Notons que le Vice-président et le secrétaire général de l’OAF, révoqués, quittaient brutalement l’AG tandis que le Trésorier et l’expert Commissaire aux comptes choisissaient de rester.

Heureux et satisfaits, les Frères se congratulaient fraternellement à l’issue de cette réunion.

 

J’ai dit !

 

Par Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour    
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article